Et si on pouvait tout recommencer… de Robert Webb

dimanche 23 mai 2021


Éditeur : XO Editions
Broché : 352 pages
Sortie : 29 Avril 2021
Prix : 19€90
Où trouver Robert Webb : Twitter


Lorsque Luke, son mari, meurt subitement, Kate a cinquante ans et s’enfonce dans la dépression. Un matin, elle se réveille : elle a dix-huit ans et se souvient de tout. Sa semaine d’intégration à l’université. Son coup de foudre en 1992.

Elle retrouve Luke, l’étudiant qu’elle a connu. Kate sait comment il est mort et qu’il est déjà malade. S’ils tombent à nouveau amoureux, réussira-t-elle à le sauver ? À une condition : pouvoir tout rejouer à l’identique !



Avant toute chose, vous devez savoir que j’ai toujours été fan des romans, des films et des séries ayant pour thématique les voyages dans le temps. Comme vous pouvez l’imaginer, dès que j’ai reçu ce roman dans le colis de Gaël et que j’ai ensuite vu le résumé de celui-ci, j’ai tout de suite eu envie de le découvrir.

À peine reçu, j’ai décidé de le commencer dans la foulée (surtout qu’en parlant de ce livre sur Instagram, j’avais titillé la curiosité de certains d’entre vous et vous attendiez mon retour le concernant). J’avais bon espoir, je pensais passer un bon moment de lecture avec ce titre, et pourtant…

Dès les premières lignes, nous rencontrons Kate. Kate qui après avoir perdu l’amour de sa vie, n’arrive pas à s’en relever. Bien que ce soit un aspect que je peux comprendre, très vite, ce personnage à commencé à m’irriter, à m’énerver. J’ai tout de suite eu beaucoup de mal avec sa personnalité, sa manière d’être... Son égoïste est très vite devenu insupportable et je ne comprenais pas ses réactions, ses décisions que j’ai très vite trouvé complétement décalés et pas très cohérentes.

Une chose importante à savoir, c’est que ce roman est divisé en 3 parties (plus un épilogue).

La première partie est principalement focalisée sur Kate et son mal-être. Sur sa dépression et sur son étrange travail. Je l’ai trouvé relativement longue. De plus, j’ai trouvé certains points vraiment mal-amenés, surtout tout l’aspect professionnel qui est vite parti dans une direction complétement décalée.

La deuxième partie est, comme vous pouvez vous en douter, consacré à son retour dans le passé. Son but ultime devrait être (de mon point de vue) de réussir sa « mission » afin de sauver l’amour de sa vie, non ? Pourtant, une fois de plus, elle n’en fait qu’à sa tête et tout sonne faux et pas du tout réaliste.

Et en parlant de réalisme, sachez que la dernière partie, celle de la « résolution » part dans quelque chose de complétement barré. L’histoire s’enlise complètement. On se retrouve (sans trop vous en dire) dans une véritable course poursuite. J’avais vraiment cette désagréable sensation que l’auteur était en roue libre. J’avais même parfois l’impression que même lui, ne savait pas où il allait. Cela finit par amener des incohérences jusqu’à l’épilogue qui m’a complétement perdu. Je n’ai pas réussi à comprendre, à savoir la finalité de cette histoire et j’ai tourné la dernière page complétement déçu.

Concernant les personnages, à part Kate, les autres sont de mon point de vue pas assez développés et cela ne m’a pas permis de m’y attacher, sauf peut-être Toby. Je m’attendais à ce que l’auteur développe vraiment le personnage de Luke afin qu’on puisse s’inquiéter de son sort, mais ça ne fut malheureusement pas le cas, bien au contraire. Je me suis senti à plusieurs reprises complètement hermétique à l’histoire et j’ai à plusieurs reprises levé les yeux au ciel (ce qui n'est pas très positif chez moi).

En ce qui concerne la plume de Robert Webb, j’ai aussi eu quelques soucis pendant ma lecture. Non seulement l’histoire avait tendance à partir dans tous les sens, mais son écriture également. Ce qui donne non seulement des incohérences, mais j’ai également été obligé de relire certaines phrases plusieurs fois pour en comprendre le sens.

Je pense que vous l’aurez compris, mais en ce qui me concerne, ça ne l’a vraiment pas fait avec cette lecture. J’avais bon espoir en la commençant et pourtant... J’avais vraiment envie de passer un bon moment, à être touché, mais ça ne fut pas le cas (enfin si, mais dans le mauvais sens du terme). Dommage…

1 commentaire

  1. Hélas on ne peut accrocher à tout.Mais ta façon d'expliquer ce qui ta déplu est très intéressante . Encore un bel article !

    RépondreSupprimer